Dans la même rubrique

Soutien aux cheminot.e.s
11 avril 2018 à 18h45min

Question d’actualité : après le renoncement à l’Aéroport Grand Ouest
28 janvier 2018 à 16h59min

Notre-Dame-des-Landes : du rapport à la décision
18 décembre 2017 à 10h45min

SPANC : des contrôles répétés...
29 octobre 2016 à 18h01min

Estuaire et Sillon : une fusion dans le flou
29 octobre 2016 à 17h55min

1 | 2 | 3

Accueil > Proximité > Question d’actualité : après le renoncement à l’Aéroport Grand Ouest

Question d’actualité : après le renoncement à l’Aéroport Grand Ouest

NOTE suite à la rencontre du Comité local de Basse-Loire du PCF le 19 janvier 2018 à Couëron

dimanche 28 janvier 2018

Nous publions ci-dessous deux interventions de camarades qui s’étaient préparés à intervenir sur cette question d’actualité.

L’ordre du jour du comité de section devait aborder les questions d’actualité notamment après l’abandon par le gouvernement du projet d’aéroport à NDDL* et poursuivre le débat préparatoire à la tenue de notre prochain congrès.

Ces mêmes points seront abordés lors de notre prochain comité de section faute de n’avoir pu tenir la réunion du 19 janvier dans de bonnes conditions. Toutefois, nous avons décidé, avec les présents, que Rémi participe le 3 février, pour notre section, aux Etats Généraux du progrès social à Paris et que nous soumettions à la fédération le principe d’une grande campagne pour les prochains mois sur les questions économiques dans notre département.

La prochaine réunion est proposée le mercredi 7 février à 17 heures au local de la rue du Cygne à Couëron. Elle fera l’objet d’une convocation dans les jours qui viennent.

Yannick Cheneau
Secrétaire de la section de Basse Loire

* NB. Nous publions ci-dessous deux interventions de camarades qui s’étaient préparés à intervenir sur cette question d’actualité.

1. Phare Ouest, par Christian Pelloquet

Le président (officiellement) de notre république se conduit comme un roi.
Tout comme pour la consultation sur l’Europe, il ne respecte pas l’expression des électeurs sur Notre-Dame-des-Landes.
Malheureusement nous avons connu la même mésaventure avec notre secrétaire général ne respectant pas une décision collective avant la présidentielle.
Bonjour la démocratie, et en prime cela renforce l’inutilité du vote populaire ! Et j’en tirerai personellement mes responsabilités pour les prochaines consultations.
La décision prise a de graves conséquences pour notre région Grand Ouest de la france, c’est à dire toute la façade atlantique de Bordeaux à Brest, à savoir :
- Abandon de l’autoroute Fontenay le Comte - Rochefort
- Délaissement des voies ferrées impliquant de forts ralentissements : Nantes - Bordeaux ; Nantes-Cholet. etc.
- Abandon des ports atlantiques dont Nantes - Saint Nazaire par l’Etat.
- Abandon d’un aéroport d’envergure et correspondant aux besoins modernes de la population et à l’activité économique de plus en plus internationalisée.
- Le projet de fermer des tranches (toutes ?) à Cordemais, alors qu’aucun projet industriel lourd de production d’électricité n’est envisagé sur cet espace Grand Ouest.
- Réseau routier saturé sur Nantes - Savenay (RN.165) toute la journée et une circulation très compliquée autour de l’agglomération nantaise.
Cette situation m’amène à faire trois propositions dans la préparation de NOTRE CONGRES :
- Notre parti doit avoir ses propres candidats aux élections en cas d’absence d’accord politique préalable d’union politique.
- En tout état de cause les accords politiques doivent être validés par les organes collectifs de décision locaux ou plus selon les élections, au sein de notre parti.
- Avant ces validations prévoir des étapes de contrôle de la mise en oeuvre des décisions.

2. L’abandon de l’aéroport Grand Ouest : Fait du Prince contre Droit à la Ville, par J-Y Martin

Il signe la fin de toute possibilité d’aménagement du territoire et/ou de tout grand "projet structurant", condamné d’avance comme GPII, “grand projet inutile imposé”. On connait bien ça en Loire Atlantique, successivement : Le Carnet, Donges-Est, franchissement de la Loire estuarienne entre Nantes et Saint-Nazaire, “virgule ferroviaire” de Savenay, et RN.165 à 2 fois 3 voies entre Savenay et Nantes en panne depuis les années 1990. A quoi s’ajoute la fermeture annoncée de la centrale de Cordemais, malgré son passage partiel à la biomasse. Il constitue un incontestable succès, inespéré car “fait du Prince” Macron, pour les zadistes et les anti-aéroport, avec un fort encouragement à d’autres “ZAD partout” (“sème ta ZAD”).
2018 est l’année des 50 ans de 1968, mais aussi du livre le Droit à la ville (mars 1968) d’Henri Lefebvre (1901-1991) : philosophe marxiste, sociologue, urbaniste, communiste. Voir un débat (“Comment réinventer le droit à la ville ?”) dans l’Humanité du 22 décembre 2017 ; et, depuis, l’article d’Armand Ajzenberg (“Henri Lefebvre, le retour ?”) dans l’huma du 26 janvier 2018. Son droit à la ville n’a pas grand chose à voir avec un quelconque droit aux ZAD partout : c’est même l’exact inverse. Pour Lefebvre, le droit à la ville est un objectif qui s’inscrit dans la révolution urbaine (suite à la“révolution industrielle”), avec la mondialisation inégalitaire. Elle a donc fait passer le monde "Du rural à l’urbain" (1970) et non l’inverse, comme dans la ZAD et ses pseudo et néo-ruraux.

Quel en est à présent l’au-delà, l’advenir ? Le droit à la ville, en périurbain (ici nantais), devient désormais le droit à la différence, à l’urbanité, à la centralité ; à la démocratie (sans déni, ni "gouvernance" oligarchique de la “technostructure” métropolitaine : grands élus + aménageurs + firmes du BTP ; à l’émancipation, et au territoire non plus dominé, mais (ré)approprié.

Pour lire l’intégralité : http://jym44.blogspot.fr/2018/01/apres-labandon-de-laeroport-grand-ouest.html

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?