Accueil > Proximité > Loire et Sillon : budget 2012

Loire et Sillon : budget 2012

Trois questions à Jean-Yves Martin, conseiller communautaire.

jeudi 8 mars 2012

· Quelles sont les grandes lignes du budget 2012 de Loire et Sillon ?

L’adoption du budget est l’acte le plus symptomatique des orientations d’une collectivité : “dis-moi ce que tu dépenses, je te dirai qui tu es” . Avec 10 millions d’euros d’investissements, ce n’est pas rien ! A peu près dix fois le budget moyen des huit communes. Or, quel est le constat ? Le "dèvéco" – ou “développement économique” - avec les zones d’activités, garde la "part du lion" à plus d’un tiers (36,3%), auquel s’ajoute un autre bon dixième pour l’aménagement (11,7%), en gros la moitié. Alors que tout le reste, les services à la population, est réduit à la "portion congrue". A part le sport à 21,1% (piscine), l’habitat est à 15%, le tourisme est à 2,5%, la culture à 1,2% et les transports à 0,8%. Je ne me résigne pas à la formule : “on ne peut pas faire autrement que de le voter !” C’est cautionner ses orientations et ses modalités d’élaboration. J’ai donc manifesté mon désaccord par l’abstention, et un vote contre le budget annexe du SPANC.

· Quels enseignements en tirer ?

Ce budget est bien l’expression du modèle de développement en vigueur dans la CCLS, que je qualifie de gestionnaire technocratique. Même hâtivement repeint du vert du “développement durable”, il reste, avant tout d’inspiration managériale, entreprenariale C’est bien pourquoi l’essentiel va au “dévéco” censé tirer le reste, y compris lorsqu’il s’agit de crèche.

Mais ce modèle des effets pervers. Privilégiant le seul “dévéco”, il néglige donc les besoins de la population locale en services publics. En outre, avec lui, “il pleut toujours où c’est mouillé” ! Car la mutualisation des coûts s’accompagne de la concentration des équipements au chef-lieu communautaire, Savenay. Loin de corriger les disparités entre communes, il les entretient et les creuse.

· N’est-ce pas la “gouvernance” communautaire qui est en cause ?

Certainement. Tout se décide en bureau communautaire, sorte de Directoire des Maires où on ne sait plus qui est “de droite” ou “de gauche”. Ses décisions cohabitationnistes sont validées en commissions, avant d’être adoptées en conseil communautaire, réduit au rôle de machine à voter pour. La presse locale s’en fait complaisant l’écho.

Faute d’avancée du débat à "huis clos" sur le bougé des compétences communautaires, les retards pris dans l’adoption de nouvelles, telles que “petite enfance”, culture, couverture numérique, etc. finissent par poser des problèmes.
Ce ne sont pourtant pas les interrogations et les préoccupations qui manquent et attendent des réponses en Loire et Sillon : l’assainissement non collectif, avec un SPANC sourd aux problèmes des gens ; le règlement des décheteries ; la prochaine mise ne œuvre de la “taxe incitative” sur les déchets ; les difficultés de stationnement autour de la gare de Savenay, faute d’aménagement. En un mot tous les services publics qui restent, cette année encore, trop à la traîne du “dèvéco”.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.